Saint Valentin 2017 et les autres

En ce jour de la Saint Valentin, nous avons décidé de promouvoir trois livres utiles à toutes et à tous, amoureux ou non, célibataires ou en couple, volages ou fidèles etc etc…

par | 14 février 2017 | Art de vivre

Les Liaisons culinaires d’Andréas Staïkos
« Nana a deux amants : Dimitris et Damoclès. Elle est aussi friande de bons petits plats que gourmande des délices de l’amour, et les deux hommes rivalisent de talent dans l’un et l’autre domaines pour gagner sa préférence.
En dix-sept menus et autant de rendez-vous galants, Andréas Staïkos campe une intrigue théâtrale, drôle et savoureuse, qui invite à considérer la gastronomie comme un art et un plaisir sensuel en soi, mais aussi comme le préambule ou la métaphore d’autres voluptés. Dans son livre de recettes pétillant d’esprit et d’originalité, qui fait la part belle aux spécialités grecques tout en plongeant ses personnages dans un piquant marivaudage assaisonné des raffinements du XVIIIe siècle, les plats sont cuisinés avec amour, parlent d’amour et invitent à l’amour. »

Actes Sud – Babel, 2007, 160 pages
Traduit du grec par : Delphine Garnier, Karine CORESSIS
ISBN 978-2-7427-6865-3
prix indicatif : 6, 60€

Le Cuisinier de Martin Suter
« Maravan, jeune réfugié tamoul, coupe les légumes et fait la vaisselle au Huwyler, un restaurant suisse “nouvelle cuisine” fréquenté par le monde de la presse et de la finance. Il est pourtant loin de n’être qu’une petite main : au Sri Lanka, il était un cuisinier prometteur, spécialiste des préparations ayurvédiques. Devenu en Suisse un fin connaisseur de la cuisine moléculaire, il se lance, chez lui, dans des expériences sophistiquées pour retrouver les fumets de sa jeunesse. Lorsqu’Andrea, son ancienne collègue qui rêve de se mettre à son compte, lui propose qu’ils s’associent pour réaliser des dîners aphrodisiaques à domicile, Maravan hésite un temps, craignant de corrompre sa passion. Mais la nécessité de porter secours à sa famille l’emporte vite, le précipitant dans un écheveau d’expérimentations culinaires, de tractations avec des Tigres tamouls suspects, le tout sur fond de crise financière mondiale. »

Christian Bourgois Editeur, 2010, 322 pages

La cheffe, roman d’une cuisinière de Marie Ndiaye
« “Elle trouvait excessives les louanges dont on s’est mis à couvrir sa cuisine.
Elle comprenait les sensations puisqu’elle s’appliquait à les faire naître, n’est-ce pas, et que leur manifestation sur la figure des convives l’enchantait, c’est tout de même bien ce à quoi elle s’évertuait jour après jour, depuis tant d’années, presque sans repos.
Mais les mots pour décrire tout cela lui paraissaient indécents.„

Le narrateur raconte la vie et la carrière de la Cheffe, une cuisinière qui a connu une période de gloire, dont il a longtemps été l’assistant – et l’amoureux sans retour. Au centre du récit, la cuisine est vécue comme une aventure spirituelle. Non que le plaisir et le corps en soient absents, au contraire : ils sont les instruments d’un voyage vers un au-delà – la Cheffe allant toujours plus loin dans sa quête d’épure.
Les phrases de Marie NDiaye se déploient lentement, comme pour envelopper le lecteur avec un charme constricteur. Les replis de l’âme de chaque personnage sont explorés avec une détermination calme dans la volonté de dissoudre la pénombre des êtres. Le récit dévoile une humanité violente, claire, à la fois mélancolique et enviable. »

Collection Blanche, Gallimard, 2016, 288 pages
ISBN : 9782070116232
prix indicatif : 17,90€

0 Partages
Partagez
Partagez
Tweetez