blk

La canicule vous assaille et la déshydratation vous guette ? Voici un dossier en trois parties résumant les bienfaits de l’eau, ses nouveautés marketing permettant de rester hype tout en se désaltérant, et une réflexion sur l’eau demain. Deuxième partie.

Après cette revue des bienfaits diététiques de l’eau, aujourd’hui l’eau devient un véritable phénomène de mode et chaque pays ou région a sa propre eau qu’il exporte à prix d’or. Une des dernières eaux venant du Canada est une eau noire, la Blk (lire black) ! Oui aussi noire que vos lunettes de soleil accessoire indispensable pour combattre la canicule en terrasse. Nous l’avons testé, et une fois passée l’appréhension liée à son aspect noir surprenant, nous avons découvert une eau riche et plutôt présente en bouche. Selon la marque, elle aurait des intérêts nutritionnels comme la présence de minéraux, une première pour une eau minérale naturelle commercialisée. Ce résultat serait dû aux minéraux fulviques ayant infusés dans une eau de source canadienne, sans colorant, ni additif. Ce sont donc les minéraux fulviques de couleur noire qui changent naturellement la couleur de l’eau. Cette eau noire est riche en alcaline et contient un pH entre 8-9. Elle renferme des électrolytes et contient 1 mg de sodium pour 500 ml. 4,50 euros la bouteille de 500ml, disponible chez Colette.

Springwave

Cette eau noire n’est pas la première eau colorée à surprendre. Lors du dernier Sial, à l’automne 2014, une bouteille bleu-azur était présentée remplie d’une eau enrichie en microalgues en forme de spirale hyperconcentrée, connue sous le nom de spiruline. Cette boisson française baptisée Springwave avait été couronnée par le prix de l’innovation 2014, confirmant la montée en puissance d’un aliment auquel on prête de nombreuses vertus. Cette eau devrait arriver sur le marché cet été. Créée par trois jeunes Français qui se sont connus au collège risque fort de faire un carton. Son prix de vente cependant devrait être supérieur aux eaux classiques. Elle est donc à classer dans les eaux premium.

mastiqua

Cette année est aussi celle de la Grèce à plus d’un titre. Nous faisons allusion bien entendu à l’eau pétillante Mastiqua à l’arôme naturel de mastic sans alcool, sans conservateur, sans sucre, sans arôme artificiel ni colorant. Produit et mis en bouteille en Grèce, sa consommation peut être un soutien utile au peuple grec. Le goût caractéristique du mastic offre en bouche une sensation rafraichissante d’herbe fraiche, de résineux. Le mastic est une gomme naturelle issue de la sève du lentisque, un arbuste méditerranéen dont la variété Chia, sur l’île de Chios en Grèce, est la plus réputée. Son mastic est très pur et sa culture traditionnelle a été inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco en 2014. Déjà, Hippocrate la préconisait pour faciliter la digestion. La liqueur de mastic a le même effet, un peu comme notre Chartreuse. Eau Mastiqua 5,50 euros les 33cl.

En France, on surfe sur le packaging et l’humour comme la marque French do it water dont le projet est né à la suite d’un périple à New York, au détour d’une balade à Brooklyn. De l’eau de source dans un contenant en carton recyclable, épuré et design reste atypique en France. Avec une touche de dérision la nouvelle « bonne » bouteille d’eau voit le jour en France. Au-delà de l’effet de mode et de l’objet design, conçu par Benjamin Isidore Juveneton, designer, plasticien et auteur ayant le vent en poupe, c’est aussi consommer de façon responsable. « Nous souhaitions une bouteille d’eau éco-friendly, provenant d’une source naturelle, au design simple, avec un soupçon de second degré » explique-t-on au siège de la marque française. La boîte en carton contenant la glamoureuse eau est recyclable et bien plus éco-friendly qu’une bouteille en plastique normale : 75 % des composants sont des matières recyclées ou recyclables. Le carton est issu d’un processus de gestion durable des forêts, impliquant des engagements économiques, sociaux et écologiques. La « it bouteille » est composée de 75 % de carton, ce qui lui confère sa rigidité, de 20 % de polyéthylène ce qui lui donne son étanchéité, et d’une feuille d’aluminium (5 % de l’emballage), qui elle forme une barrière contre la lumière, l’oxygène et toutes autres agressions extérieures. Mais l’essentiel, reste l’eau. Celle-ci est une eau minérale naturelle puisée directement à la source et qui n’a subi aucun traitement microbiologique. La teneur naturellement faible en sels minéraux, le PH de 7,1 et la teneur en nitrates inférieure à 0,3 mg/l (parmi les plus faibles du marché) en font une eau adaptée à la consommation des nourrissons, des femmes, des sportifs, des célibataires de moins de 40 ans… 3,50 euros les 50 cl.

Où trouver ces eaux d’exception ? À Paris, chez Colette dans son bar à eau, La nouvelle brasserie de La Grande Épicerie de Paris au Bon Marché et dans toutes les bonnes épiceries fréquentées par les hypsters en quête de nouveauté.

Première partie L’eau source de vie – 1 la santé
Troisième partie Les eaux de demain – 3 l’avenir

17 Partages
Partagez17
Tweetez
Partagez
Enregistrer