Bourgogne 1 JL Bernuy

Samedi 4 juillet, à l’heure de l’apéritif, — Il est toujours l’heure de l’apéritif quelque part dans le monde — nous apprenions avec une immense satisfaction l’inscription des climats du vignoble de Bourgogne ainsi que les coteaux, maisons et caves de Champagne au patrimoine mondial de l’Unesco.

L’événement a eu lieu à Bonn (Allemagne) et consacre en partie deux terroirs français. Bien sûr, ce sont des parcelles très limités géographiquement qui sont distinguées. Ainsi, « les climats sont des parcelles de vignes précisément délimitées sur les pentes de la côte de Nuits et de Beaune, au sud de Dijon. Elles se distinguent les unes des autres par leurs conditions naturelles spécifiques (géologie, exposition, cépage…) qui ont été façonnées par le travail humain et peu à peu identifiées par rapport au vin qu’elles produisent. » Développés depuis le haut Moyen-Âge, ces climats ont pu perdurer jusqu’à nos jours grâce aux hommes qui au quotidien entretiennent ces vignes. Cette inscription est aussi une reconnaissance de leur travail qui s’inscrit dans le patrimoine vivant.

© Michel Jolyot

En Champagne, il se murmure qu’à l’annonce de l’inscription Dom Pérignon est revenu d’entre les morts pour sabler le champagne (faire cul sec). C’est au monastère d’Hautvillers, près d’Épernay, que le moine bénédictin assurait le contrôle des vignes et des pressoirs de l’abbaye. Aujourd’hui, ces lieux, qui ont développé « la méthode d’élaboration des vins effervescents, grâce à la seconde fermentation en bouteille, depuis ses débuts au XVIIe siècle jusqu’à son industrialisation précoce au XIXe siècle » font partie du patrimoine de l’Unesco. Il s’agit de trois ensembles distincts : les vignobles historiques d’Hautvilliers, Aÿ et Mareuil-sur-Aÿ, la colline Saint-Nicaise à Reims et l’avenue de Champagne et le Fort Chabrol à Epernay. « Ces trois ensembles (…) reflètent la totalité du processus de production de champagne. Le bien illustre clairement comment cette production a évolué d’une activité artisanale très spécialisée à une entreprise agro-industrielle. » Sources Unesco.

Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer
0 Partages