">">

Au prochain arrêt, prenez le Shangri-La Express

Une fois n’est pas coutume, et avant le 25 décembre dans le rush des fêtes de fin d’année, nous vous recommandons de prendre l’Express du Shangri-La. Niché entre la Tour Eiffel et le Trocadéro, proche du musée Guimet et du Palais de Todyo, l’établissement est un succès international, mais aussi très couru par les adeptes d’art contemporain et asiatique. Et quel que chose me dit que la bûche de l’année aura le même succès.

par | 18 décembre 2018 | Bien-manger, Les carnets de Lili

J’ai pu tester cette bûche proposée durant ces fêtes de fin d’année 2018, et j’ai pu obtenir la recette intégrale de celle-ci. En la lisant, on se rend compte que la simplicité du goût est en fait une composition terriblement complexe, aussi complexe qu’un parfum parisien ayant l’apparence de l’extrême simplicité. Et attention, simplicité ne veut pas dire simpliste. Ce régal, je vous propose de le goûter. Quand à la recette, je pourrais vous la remettre sous le manteau et en tout confidentialité. Mais sincèrement, dans le secret de nos cuisines, à moins de préparer le concours du meilleur pâtissier, je ne suis pas sûre de vous faire un cadeau en vous la transmettant.

Pour la petite histoire, Michaël Bartocetti, 34 ans, car c’est bien de lui dont il s’agit, Chef Pâtissier du Shangri-La a plongé dans ses souvenirs d’enfance, et imaginé ce fameux Shangri-La Express. Cette bûche de Noël est un hommage à un jouet qui lui était particulièrement cher : le petit train. Michaël s’est inspiré du train de collection en bois que son grand-père avait offert à son père, qui lui en avait fait cadeau à son tour. cette bûche offre un délicieux jeu de textures et de saveurs. Une mousse au chocolat infusée à la citronnelle, légère et aérienne, ainsi qu’un confit de banane à la vanille/citron vert, apportent douceur et onctuosité. Un croustillant à la cacahuète et fleur de sel et un biscuit chocolat- sans farine- sur une base de chocolat noir, jouent la carte de l’intensité. Garnie d’un praliné cacahuète et enrobée de chocolat blanc, la cheminée du petit train est la touche gourmande par excellence. Son chariot, quant à lui, transporte des truffes chocolat/citron vert. Et c’est là que vous comprenez que même en ayant la recette,c’est l’Himalaya que vous aurez à escalader en une journée. « La beauté sera comestible ou ne sera pas » nous indique Salvador Dali qui avait placé la gare de Perpignan au centre du monde. Le Shangri-La Express y sera sûrement.

Le chef pâtissier Michaël Bartocetti a rejoint en 2015 le Shangri-la et le Chef Christophe Moret pour superviser l’offre sucrée du palace. Originaire de Lorraine, il a ce sens la rigueur au service de la recherche de l’excellence tout comme son parcours : 3 ans chez Fisher à Thionville, puis 2 ans chez Dominique Cordel dans la Meuse, ensuite, 2 ans chez Guy Savoy et 2 ans chez Benoît d’Alain Ducasse, pour enchaîner 5 ans et demi au Plaza Athénée. Cela lui a laissé un souvenir inoubliable et offert une belle expérience. Depuis juin 2015 il fournit les desserts des deux restaurants du Shangri-La. Une aubaine pour les becs sucrés. La rumeur nous indique que son millefeuille à la vanille et celui autour du miel du maquis Corse au parfum de cédrats et eucalyptus sont à se damner. Je compte bien les découvrir très prochainement.

Shangri-La
10 avenue d’Iéna 75116 Paris
Service voiturier
Réservation :  tél 01 53 67 19 98

Pour rappel, cette délicieuse bûche est faite pour 8 personnes, au tarif de 128€. Vous pouvez l’emporter au restaurant La Bauhinia du 5 au 25 décembre 2018 en appelant 72 heures à l’avance au 01 53 67 19 98.